modgnikehtotsyek
TÄGLICH FRISCHE WETTBEWERBE UND JOBS Jetzt Newsletter bestellen

Studienauftrag | 09/2022

Quartiersentwicklung "Cité du Vin" in Rolle (CH)

Vue ilÎt végétalisé

Vue ilÎt végétalisé

Teilnahme

RDR architectes

Stadtplanung / StÀdtebau

FORSTER-PAYSAGE

Landschaftsarchitektur

ErlÀuterungstext

ARBORISATION
La vĂ©gĂ©tation du site marque une transition graduelle avec l’arborisation locale en interface de la CitĂ© du Vin. Il s’ancre dans le contexte local par le biais des alignements existants sur sa pĂ©riphĂ©rie pour dĂ©velopper une canopĂ©e urbaine continue et rĂ©siliente.
L’interface Sud complĂšte la place de la Gare et maintient un vocabulaire urbain, les façades des bĂątiments Sud rythmĂ©es par un alignement d’arbres majeurs. Une placette ornĂ©e d’un groupe de sujets en haute tige profite de l’appel visuel crĂ©Ă© par la « Ligne de Vigne » qui traverse le quartier. Elle offre un complĂ©ment aux amĂ©nagements de la gare et aux terrasses attenantes par l’apport d’un espace ombragĂ© ouvert au public.
L’ascension de la « Ligne de Vigne » en direction du cƓur du quartier amĂšne les habitants et visiteurs aux portes d’un parc privatif. Le Parc des Sarments comprend un bosquet urbain dont la canopĂ©e de hauteur variable fournit ombrage, fraĂźcheur, floraisons, parfums et couleurs au fil des saisons.
Une strate arbustive accompagne de maniĂšre diffuse les parcours intĂ©rieurs du parc. Ces groupes offrent au besoin un filtre visuel prĂ©servant l’intimitĂ© des logements, ou une dĂ©limitation des espaces laissĂ©s Ă  la biodiversitĂ© locale. Cette strate arbustive comprend Ă©galement des sujets Ă  baies comestibles pour offrir quelques plaisirs gourmands lors des parcours quotidiens et des promenades de loisir.
L’interface Nord du quartier donne sur les nouveaux bĂątiments des caves Schenk et accueille un groupement d’arbres en haute tige pour accompagner la route pĂ©riphĂ©rique. Ces groupes sont rĂ©partis de maniĂšre Ă  laisser accĂšs aux diffĂ©rents espaces de livraison, dessertes logistiques et, bien entendu, les placettes disponibles aux habitants et visiteurs.

PARCOURS DE L’EAU
La valorisation de la ressource Eau et de la permĂ©abilitĂ© des surfaces constitue un enjeu majeur pour le futur quartier, en particulier pour prĂ©server les surfaces de pleine terre et maintenir un cycle hydrique naturel sur l’ensemble du site.
De fait, les surfaces impermĂ©abilisĂ©es sont maintenues au strict minimum au sein de la CitĂ© du Vin, ce qui optimise l’infiltration directe des eaux pluviales au bĂ©nĂ©fice de la vĂ©gĂ©tation projetĂ©e.
Les toitures des bĂątiments sont Ă©quipĂ©es d’un systĂšme mixte qui combine rĂ©tention, vĂ©gĂ©talisation extensive et installations photovoltaĂŻques. Outre la production locale d’électricitĂ©, ce systĂšme participe Ă©galement Ă  la climatisation et l’isolation en toiture et crĂ©e des zones de refuge, capables d’accueillir flore et petite faune dans des espaces prĂ©servĂ©s des activitĂ©s urbaines.
Les rĂ©tentions en toiture sont Ă©quipĂ©es de systĂšmes de trop-plein, acheminant les volumes excĂ©dentaires au sein du Parc des Sarments. A cette occasion, une sĂ©rie de lĂ©gĂšres dĂ©pressions interconnectĂ©es crĂ©ent une grande noue paysagĂšre au cƓur de la canopĂ©e.
Ces volumes temporaires de rĂ©tention et d’infiltration permettent de gĂ©rer les prĂ©cipitations moyennes Ă  ciel ouvert. Ils restituent ainsi les eaux pluviales Ă  la vĂ©gĂ©tation et favorise la crĂ©ation d’une rĂ©serve naturelle en eau pour les arbres et arbustes. Les plans d’eau peuvent rester de maniĂšre temporaire aprĂšs les pluies, apportant une marque de fraĂźcheur ainsi qu’un rafraĂźchissement local et Ă©phĂ©mĂšre durant leur pĂ©riode d’infiltration.
En cas de prĂ©cipitations exceptionnelles, un systĂšme de trop-plein permet d’évacuer les volumes excĂ©dentaires de la noue directement vers les rĂ©seaux de la ville, garantissant la sĂ©curitĂ© des habitations et commerces du quartier.
 
CIRCULATIONS
Les principaux axes en contact avec le quartier comprennent : la route de la VallĂ©e Ă  l’Ouest, qui dessert la partie Sud du site pour les livraisons et accĂšs logistiques ; le chemin de Jolimont en interface Est ; la nouvelle route de la Bonde au Nord, jouxtant les nouvelles caves Schenk pour distribuer les stationnements visiteurs et les places pour vĂ©los et motos ; et enfin, la place de la Gare au Sud, dont le rĂŽle de plateforme modale participe Ă  son statut de seuil du quartier comme de la ville de Rolle.
Le nouveau quartier favorise les mobilitĂ©s piĂ©tonne et cycliste sur la majoritĂ© du site, par le maintien des vĂ©hicules motorisĂ©s en pĂ©riphĂ©rie des habitations. La CitĂ© du Vin profite pleinement de son accĂšs direct aux transports publics et bĂ©nĂ©ficie ainsi d’un rayonnement Ă  l’échelle locale comme rĂ©gionale.
Le chemin de Jolimont et l’avenue de la Gare offrent un accĂšs vers les parkings souterrains Ă  l’est du site. Les stationnements visiteurs en extĂ©rieur sont rĂ©partis au seuil des habitations et Ă  proximitĂ© de la gare de Rolle. Des accĂšs aux commerces sont Ă©galement maintenus depuis la route de la VallĂ©e Ă  l’Ouest et permettent une invitation temporaire de vĂ©hicules au sein du quartier.
L’axe transversal de la « Ligne de Vigne » forme l’axe piĂ©ton majeur du quartier, distribuant les accĂšs aux logements et au parc central du Sud au Nord.
Le Parc des Sarments offre en outre une connexion piĂ©tonne vers le chemin de Jolimont Ă  l’Est et la route de la VallĂ©e Ă  l’Ouest par l’amĂ©nagement d’un passage au sein du boisement local. Des accĂšs aux bĂątiments de logement sont Ă©galement rĂ©partis depuis l’axe central du parc, ce qui crĂ©e pour les futurs habitants un raccourci quotidien sous la fraĂźcheur de la canopĂ©e.

ACTIVITÉS
Le nouveau quartier rĂ©partit un programme d’activitĂ©s et d’équipements publics sur plusieurs niveaux, et tire parti des diffĂ©rents contextes locaux pour renforcer les dynamiques quotidiennes dans le respect de l’identitĂ© locale (gĂ©nie du lieu).
Les commerces sont rĂ©partis sur la Rue des Tonnelles Ă  proximitĂ© directe de la Gare, profitant du caractĂšre dynamique de la plateforme modale et des trajets quotidiens qu’elle accueille.
La partie Nord du site, sis sur le chemin de Jolimont, profite d’une dynamique plus calme pour proposer l’installation de petits potagers urbains. Ces derniers sont à disposition des habitants et riverains proches pour cultiver librement quelques gourmandises saisonniùres, sous condition de participer activement à leur entretien.
Au niveau du parc des Sarments, la part-belle est offerte aux activitĂ©s libres de promenade et de pause dans les espaces calmes. Les avancĂ©es surplombant les commerces en direction du Sud accueillent diverses terrasses publiques ou dĂ©vouĂ©es Ă  de la petite restauration sous l’ensoleillement gĂ©nĂ©reux.
Une place de jeu couronnant l’ouest du Parc des Sarments propose diverses installations ludiques ouvertes Ă  la population, tout en restant gĂ©nĂ©reusement plantĂ©e d’arbres majeurs. Cette clairiĂšre d’activitĂ©s forme une continuitĂ© naturelle avec le prĂ©au scolaire des Ceps, Ă  proximitĂ© directe de la « Ligne de Vigne ».
 
CULTURE(S) DU TERROIR
Le territoire rollois a dĂ©veloppĂ© une relation forte avec SCHENK. Il faut remonter jusqu’en 1893 pour retrouver les premiers bĂątiments de l’entreprise familiale, dont le siĂšge Ă©tait situĂ© stratĂ©giquement Ă  proximitĂ© de la gare.
AprĂšs plus d’un siĂšcle de cohabitation, leur nouveau site de production quittera les abords de la gare pour remonter en direction de l’autoroute au Nord, laissant place Ă  la ville de Rolle pour qu’elle se rĂ©installe autour des voies CFF.
Dans une volontĂ© de marquer cette Ă©volution territoriale, l’influence de la culture Schenk, entre terroir et innovation, est transposĂ©e Ă  la future CitĂ© du Vin. L’hommage Ă  cette culture rĂ©gionale est vouĂ© Ă  persister de maniĂšre subtile au sein du quartier, accordant les toponymies locales autour d’un vocabulaire viti-vinicole.

Ainsi, la route sĂ©parant la CitĂ© du Vin du nouveau site de production se renomme route de la Bonde jusqu’au niveau du chemin de Jolimont. La rue accueillant les commerces au pied de la CitĂ© du Vin prend le nom de Rue des Tonnelles, parĂ©e de ses voiles de grimpantes pour offrir un ombrage aux visiteurs et usagers. L’espace allouĂ© Ă  l’arborisation centrale de la CitĂ© du Vin est appelĂ© le Parc des Sarments ; il offre par sa canopĂ©e un lieu de fraĂźcheur aux habitants comme visiteurs.
Enfin, le chemin de mobilitĂ© douce suivant le dĂ©placement du site de production marque ce mouvement historique en se prĂ©sentant comme la « Ligne de Vigne ». A l’échelle rĂ©gionale, elle marque le dĂ©but de parcours vers les vignobles de la CĂŽte.
Dans le contexte rollois, elle propose de retracer l’historique des caves Schenk au moyen de panneaux et dates illustratives, gravĂ©es Ă -mĂȘme le sol en bĂ©ton, pour prĂ©senter l’hĂ©ritage territorial aux habitants et visiteurs.


Extrait du rapport du jury

Le projet cherche d’une part Ă  maximiser l’espace du parc et de l’autre Ă  tisser un rapport fort avec l’histoire viticole du lieu et le projet de la maison Schenk au nord, en particulier avec le futur pavillon de dĂ©gustation. ...

Le traitement du parc est apprĂ©ciĂ©. La richesse qui en dĂ©coule par l’usage d’un concept arborĂ© fort qui rĂ©pond aux exigences climatiques et de biodiversitĂ© est bien accueillie. La diversitĂ© des espĂšces vĂ©gĂ©tales, le thĂšme et le parcours de l’eau participent Ă  la qualitĂ© de vie et Ă  la rĂ©ponse attendue pour ce morceau de ville. ...

Beurteilung durch das Preisgericht

Le projet cherche d’une part Ă  maximiser l’espace du parc et de l’autre Ă  tisser un rapport fort avec l’histoire viticole du lieu et le projet de la maison Schenk au nord, en particulier avec le futur pavillon de dĂ©gustation. La proposition est sĂ©duisante, mais s’attache plus Ă  des aspects symboliques que spatiaux. La treille de vigne disposĂ©e trĂšs haut sur la rue semble bien fragile et le parcours didactique de « la ligne de vigne » est certes intĂ©ressant mais ne s’exprime que trop peu spatialement et architecturalement et reste donc trop anecdotique pour porter le projet.
La proposition faite d’implanter l’école le long de la route de la vallĂ©e, permet de faire profiter la majoritĂ© des classes ainsi que la salle de sport d’une vue intĂ©ressante sur le parc ce qui a Ă©tĂ© apprĂ©ciĂ©. L’articulation formel avec le bĂątiment de logement adjacent est malheureusement beaucoup moins heureuse et rend finalement la proposition difficile.
Le traitement du parc est apprĂ©ciĂ©. La richesse qui en dĂ©coule par l’usage d’un concept arborĂ© fort qui rĂ©pond aux exigences climatiques et de biodiversitĂ© est bien accueillie. La diversitĂ© des espĂšces vĂ©gĂ©tales, le thĂšme et le parcours de l’eau participent Ă  la qualitĂ© de vie et Ă  la rĂ©ponse attendue pour ce morceau de ville. Le traitement de la dĂ©nivellation entre le niveau de la rue de la Gare et le chemin du Grand-PrĂ© ne rĂ©pond pas au programme. Cet amĂ©nagement, mĂȘme s’il Ă©tait couplĂ© Ă  un ascenseur, exclu les PMR et n’est pas acceptable pour un espace public d’aujourd’hui. La rue commerçante affiche une certaine Ă©troitesse et son langage vĂ©gĂ©tal sous la forme d’une treille ne convainc pas. La transition paysagĂšre entre la rue de la Gare et la rue commerçante est considĂ©rĂ©e comme insuffisante.
Les principes typologiques du projet sont variĂ©s ce qui est apprĂ©ciĂ©. Pour les bĂątiments E implantĂ©s dans le parc, un principe de dĂ©crochements et redans en plan, optimise le dĂ©veloppĂ© de façade et le positionnement des balcons. Le concurrent relĂšve la qualitĂ© des vues aux nord, en particulier pour le bĂątiment E1. Les typologies majoritairement traversantes rĂ©pondent bien Ă  ce constat, le comitĂ© regrette cependant que les piĂšces de jour ne soient pas traversantes. L’expression de la façade nord des bĂątiments E donnant sur les bĂątiments Schenk mĂȘme si elle n’est pas dessinĂ©e apparait trĂšs dur sur la maquette 3D. Les logements de l’air D sont organisĂ©s sur les angles avec la particularitĂ© d’organiser le plan en split-level entre les logements orientĂ©s sur le parc et ceux sur la rue. Ce dispositif cherche Ă  procurer de la lumiĂšre dans la profondeur des commerces du rez-de-chaussĂ©e et Ă  offrir des attiques avec une hauteur de sĂ©jour plus gĂ©nĂ©reuse. Le bĂątiment B dont les appartements sont pour la plus-part mono-orientĂ©s propose un dispositif d’accĂšs sur ces deux extrĂ©mitĂ©s et au centre du bĂątiment peu convaincant. Sur la place de la gare, l’entrĂ©e occupe un grand dĂ©veloppĂ© de façade que l’on imaginerait mieux rĂ©servĂ© au commerce. Sur l’autre extrĂ©mitĂ© Ă  l’est l’accĂšs fortement dĂ©centrĂ©. Quant Ă  l’accĂšs central avec sa distribution verticale, il se fait par un long couloir peu qualitatif.