modgnikehtotsyek
ALLE WETTBEWERBSERGEBNISSE, AUSSCHREIBUNGEN UND JOBS Jetzt Newsletter abonnieren

Offener Wettbewerb | 05/2022

Renovierung Hauptsitz, Neubau Verwaltungsgebäude und Parkanlage für die Kantonsbank Wallis in Sion (CH)

2. Rang / 2. Preis

Preisgeld: 30.000 CHF

suter sauthier & associés sa

Architektur

L’ATELIER DU PAYSAGE

Landschaftsarchitektur

Beurteilung durch das Preisgericht

Le projet souligne l’axe principal reliant le secteur Ronquoz 21 de la gare de Sion et la Vieille ville en y apportant un élément de plus structurant la rue. Situé à l’angle des Rues des Mayennets et Chanoine-Berchtold, il offre par son implantation et sa volumétrie dominante, un pivot créant un appel et ouvrant généreusement le nouveau parc au-delà des limites actuelles dictées par les rues et le tracé parcellaire.
La compacité du nouveau volume et son emprise au sol minimal, crée un vide suffisamment important le long de la rue des Mayennets, tissant ainsi un lien entre le nouveau parc et le futur aménagement paysager de l’îlot du Sacré Cœur. Le parc public s’ouvre et s’étend donc de part et d’autre de la rue. Il donne une nouvelle identité à ce lieu et incite le visiteur à en profiter librement. Les aménagements du parc donnent l’impulsion des aménagements de rue, côté Chanoine-Berchtold, Creusets et Cèdres, grâce à un travail de couture habile avec le contexte bâti et paysager. Les chemins en béton reliant clairement les entrées nord, sud et est du parc, se dilatent et se resserrent, découpant des formes abstraites perméables autour des bâtiments et au pied des grands arbres. L’aire de jeux située à proximité de l’aquarium ainsi que les deux placettes dédiées aux collaborateurs de la BCVs, sont dessinées sur le même principe. La végétation nouvelle décline masses et textures créant des situations diversifiées, plus denses ou plus ouvertes, offrant à chacun le choix d’un espace de calme ou de convivialité. La fontaine et quelques interventions artistiques s’invitent comme des objets dans cet écrin de verdure. La délimitation au sud maintient la différence de niveau actuelle renforçant ainsi la mise en scène de cet espace vert, souligné par les façades des immeubles adjacent de la rue Chanoine-Berchtold.
Le nouveau volume vertical de la banque cantonal du Valais joue un rôle d’articulation architectural et urbanistique. Sa silhouette élancée affichant sa propre identité agit comme un signal et dialogue avec le bâtiment historique de la BCVs. Son occupation modeste de la surface au sol préserve l’ensemble des arbres majeurs du site et contribue à offrir un espace public le plus grand possible dans lequel il évolue. L’entrée publique à ce nouveau bâtiment est dirigée du côté ville, sur la rue des Mayennets.
Le rez-de-chaussée est occupé en partie inférieure par l’accueil et les bancomats de la succursale région Valais Centrale profitant d’un volume de grande hauteur. Les différents espaces de conseils à la clientèle se situent un demi-étage plus haut en lien direct avec le parc, où se situe une terrasse pour les collaborateurs de la BCVs, ce qui ne semble pas idéal pour la confidentialité attendue pour ces salles. Au rez-de-chaussée inférieur et au-dessous de ces espaces se trouve la rampe (entrée/sortie) du parking, accessible depuis la rue Chanoine-Berchtold. Le parking se développe sur 3 étages et demi en sous-sol et son emprise déborde largement de celle du nouveau volume émergeant. Une liaison au premier soussol avec le bâtiment existant assure une relation fonctionnelle (collaborateurs, livraisons et convois de fonds) entre les deux entités.
Les huit étages du nouveau bâtiment s’organisent autour d’une cage d’escalier centrale. Une deuxième cage d’escalier latérale située au nord permet un accès séparé pour les deux étages de surfaces supplémentaires (étages 3 et 4) et sert également de deuxième voie de sortie de secours. Les niveaux inférieurs sont occupés par la succursale région Valais Centrale. La centralité des espaces de service (axe nord-sud) permet une répartition est-ouest des différents espaces de travail (bureaux cloisonnés ou open space). Les quatre étages supérieurs sont dédiés à la Direction Générale et le dernier niveau abrite les salles de réunion du Conseil d’administration, marquant le bâtiment avec une hauteur d’étage plus importante. La circulation verticale centrale propose une variation de distribution entre les différents secteurs, pas toujours convaincante notamment au changement de direction.
La forme très compacte du nouveau volume induit une portée relativement modeste et rationnelle entre le noyau central (axe nord-sud) assumant la stabilité parasismique du bâtiment et la façade porteuse. Le rythme des poteaux permet à la fois une bonne descente des charges en périphérie mais également une répartition idéale des cloisons délimitant les différents types d’espaces, allant du bureau individuel, à la petite salle de réunion, jusqu’à l’espace décloisonné en passant par les salles du Conseil d’administration. Néanmoins, les possibilités typologiques d’un côté comme de l’autre de la zone centrale porteuse sont relativement limitées en raison de la symétrie du plan.
L’expression minéral du nouveau bâtiment de la BCVs s’inspire des tonalités et de la modularité des fenêtres de la façade du bâtiment historique. Le béton teinté donne un caractère propre au nouvel édifice tout en dialoguant avec l’ancien. La nouvelle façade est rythmée par les poteaux bruns et les contre-cœurs plus clairs. La mise en place de voutes au rez-de-chaussée et au dernier étage, participent à la nouvelle identité de cette construction solide et durable, contemporaine et classique à la fois.
Le bâtiment principal accueille le programme de l’ensemble des succursales valaisannes. Une cafétéria pouvant accueillir du public est installée dans l’ancien hall d’entrée. Le rez-de-chaussée inférieur s’organise autour du patio central qui est réouvert. La structure et les circulations verticales sont préservées et mises en valeur. La répartition du programme et les circulations horizontales trouvent leurs places en respectant la structure et la distribution initiale du bâtiment.
Les auteurs du projet proposent un restaurant dans l’aquarium, en relation avec le parc.
Le jury estime que le projet « pour … un petit tour … » démontre que l’implantation d’un volume unique et vertical dans l’angle inférieur de la parcelle est une solution convaincante. Toutefois, le projet souffre de certaines maladresses dans plusieurs domaines. L’entrée (à l’inverse de la sortie) du parking dans le socle du bâtiment parait trop confidentielle pour un parking servant aussi au public. L’entrée du nouveau bâtiment dirigée uniquement sur la rue ne permet pas une relation intéressante avec le cœur du parc, la faible emprise au sol induit un plan type trop restreint dans ses possibilités typologiques. Le caractère architectural, bien qu’issu d’une réinterprétation du bâtiment existant, ne convainc pas le jury.